Quelle Ligue pour quelle société ?


Numériser 0
Le rapporteur de la question de congrès “Quelle Ligue pour quelle société ?” est Éric Favey, secrétaire national.

Il cite l’homme politique René Lenoir, auteur d’essais sur l’exclusion sociale “Au sein d’une des sociétés les plus riches du monde se sont creusées de larges poches de pauvreté. Jadis on naissait pauvre, voilà qu’on le devient”.

La Ligue poursuit son engagement en faveur de la justice sociale autour de trois axes : l’accès à l’éducation et à la culture, le renforcement de l’engagement civique, le développement sur tous les territoires de l’esprit de solidarité. Eric Favey rappelle cependant que l’impératif de justice sociale ne saurait être confondu avec un quelconque élan charitable, mais relève de l’intérêt général.

La Ligue procède aussi à son auto-critique : “Regardons au sein même de nos associations. Le brassage social s’y fait moins, les différentes tranches d’âge se rencontrent peu, la technicité et la spécialité par centre d’intérêt ont pris le pas sur le projet collectif. La volonté d’émancipation et de transformation sociales qui animait les militants associatifs fait la place à l’organisation consommatrice, à la conformation ou à la réparation”.

Face à cela, il faut instaurer un “civisme pragmatique”, et une éducation populaire pour le XXIe siècle. Parmi les propositions nous pouvons citer : plus de médiation culturelle dans les banlieues en souffrance comme dans les déserts ruraux ; une meilleure implantation du réseau de formation professionnelle et d’insertion sur tous les territoires ; le développement des opérations de solidarité avec les pays du Sud ; la lutte active pour l’égalité des chances au moyen de discriminations positives ; à l’école, une meilleure prise en compte des temps sociaux et rythme de vie de l’enfant et dans les associations, un coût d’inscription aux activités assurant leur accessibilité à tous.


Accéder à la question de congrès en pdf

 

Période : 1981-2002 : Le retour aux sources
Térritoire : France