Rapport moral de Georges DAVEZAC

Dans ce rapport moral, prononcé à l’Assemblée Générale de Montpellier en 1982, Georges Dahezac, secrétaire général, dresse le bilan d’une année de gauche au pouvoir et énonce les aspirations et revendications des militants de la Ligue, « participants déterminés d’une expérience passionnante » pour les années à venir.

Ainsi, il revient notamment sur la mise à disposition de personnels fonctionnaires au bénéfice des associations, tout en incitant celles-ci à la vigilance quant à la répartition des budgets et au nombre insuffisant de postes ; se félicite de la création du – bref – ministère du temps libre et du Haut comité du loisir social, de l’éducation populaire et des activités de pleine nature qui confirme «  la volonté affirmée de donner à l’éducation populaire sa dimension politique” ; évoque le développement de l’économie sociale ; s’inquiète du budget croissant alloué à l’enseignement privé.

Cette prise de parole, « hybride » selon ses propres termes, oscille entre enthousiasme et critique lucide, légitimée par le rôle que joue la Ligue au sein de l’espace public, entre contribution théorique et expérience de terrain :

” Nous serions bornés ou aveugles si nous pensions qu’éducation et culture n’ont rien à voir avec la défense des libertés, la lutte contre le chômage, la participation des travailleurs à la vie de l’entreprise.”  

Georges Dahezac évoque les paradoxes attachés à l’action associative, qui “doit vivre, et elle vit, à peu de choses près, comme une entreprise qui vend ses produits à des consommateurs.” .

Le rapport moral en pdf

Période : 1981-2002 : Le retour aux sources
Térritoire : France