Sur l’enseignement de l’histoire des religions – 1992

Cet article tiré de la rubrique “Vie du mouvement” d’Enjeux et Débats –  le bulletin de liaison de la Ligue de l’enseignement paru en interne de 1987 à 2002 – contient des extraits de l’intervention de Gilles Manceron, chargé de mission scolaire et universitaire auprès de la Ligue, lors d’un colloque organisé à Rouen en 1992 sur le thème de l’école et de l’enseignement des religions. 

Gilles Manceron se montre conscient des discordes qui existent sur cette question parmi les laïques, parfois inquiets des risques d’endoctrinement et de montée des intégrismes qui pourraient en émerger, particulièrement en ce qui concerne l’Islam. Il dénonce les ambiguïtés d’un tel discours en soulignant qu’ “une xénophobie et un refus de l’autre se cachent parfois en France derrière une certaine peur de l’intégrisme islamique”.

Prenant soin de distinguer l’enseignement des faits et de l’histoire des religions de l’enseignement religieux à proprement parler, il formule la position de la Ligue en se référant à Ferdinand Buisson, président de la Ligue de l’enseignement de 1902 à 1906, et co-fondateur de la Ligue des droits de l’homme. Prix Nobel de la paix en 1927, Buisson se déclarait favorable au début du siècle dernier à l’instauration d’un tel enseignement à l’université :

Ce qui sortira de cette étude, ce n’est pas la haine, le mépris, l’intolérance, c’est au contraire une large sympathie, une admiration respectueuse pour toutes les manifestations de la pensée et de la conscience sans cesse en marche vers un idéal sans cesse grandissant.

Ce sur quoi Manceron insiste, rappelant que la connaissance de la tradition chrétienne est primordiale pour que la jeunesse puisse disposer de clés lui permettant de comprendre la culture et les termes des débats de sociétés, mais qu’il lui faut également être initiée à l’histoire de l’islam et du judaïsme :

L’histoire montre que la méconnaissance de telles traditions est un facteur d’incompréhensions, voire de haines, et qu’elle conduit à des épisodes dramatiques (…)

 

Période : 1981-2002 : Le retour aux sources
Térritoire : France